Emmanuel Macron et l’Europe

Emmanuel Macron

Cette page vise non pas à présenter les objectifs européens de la présidence française mais la stratégie politique pour arriver à les atteindre. C’est à dire faire en sorte que ceux qui partagent ses objectifs fassent le meilleur résultat possible aux élections européennes. Un résultat permettant de propulser ses candidats à la présidence du Parlement européen et de la Commission et à pouvoir se coordonner avec le nouveau président du Conseil européen.

Rendant compte de ses entretiens avec Emmanuel Macron le dimanche 2 septembre, où il avait été question de le voir remplacer Nicolas Huot, Daniel Cohn-Bendit a précise que si l’hôte de l’Elysée avait besoin de lui pour les européennes… à suivre.

La politique européenne de la France

La constitution des listes

Quel président (Quelle présidente) pour la Commission ?

Emmanuel Macron en tournée au Danemark et en Finlande

Cette escapade vélocipédique sera-telle suffisante pour persuader le premier ministre danois de soutenir son opposante Margrethe Vestager à la Commission ?

La transcription de la conférence de presse en Finlande avec l Président Juha Sipilä

Soirée au Grand-Duché

Une réunion de travail a rassemblé le Premier ministre du Grand-Duché, Xavier Bettel, le chef du gouvernement belge, Charles Michel, et le Premier ministre des Pays-Bas, Mark Rutte le jeudi 6 septembre.

On a parlé du Brexit, de la réforme de la zone euro, de la taxation du numérique et des migrations, thème de rupture entre Etats membres avec la constitution du tandem Salvini-Orban soutenu par l’Autriche.

A l’occasion d’une conférence de presse au château de Bourglinster (Luxembourg), le Président français a affirmé que le PPE (Parti populaire européen) ne pouvait pas à la fois soutenir la chancelière Angela Merkel et Viktor Orban. Une stratégie pour savonner un peu plus la planche de Manfred Weber.

Emmanuel Macron garde sans doute en mémoire les déclarations de Manfred Weber en février dernier. Celui-ci avait défendu le principe du Spitzenkandidat au sens étroit, naturellement favorable à sa propre candidature et avait demandé à Emmanuel Macron de choisir son camp à Bruxelles.

Rendant compte de sa visite au Luxembourg, l’AFP écrit :

Emmanuel Macron, lui, s’est toujours opposé à cette règle informelle et préférerait réunir les chefs d’Etat et de gouvernement sur son propre candidat. Parmi les noms qui circulent figure la commissaire à la Concurrence, la Danoise Margrethe Vestager.

On voit mal Emmanuel Macron soutenir un principe favorable au candidat du PPE dont le représentant en France est Laurent Wauquiez.

Une cible dénommée Emmanuel Macron

illibéral-up

Spread the love