Listes : les perspectives

Un engagement qui vaut la peine

Des responsables politiques européens impliqués dans les prochaines élections ont pris l’engagement ci-dessous : (Ont signé Manfred Weber,Frans Timmermans, pour l’ECR Jan Zahradil, Guy Verhofstadt, Ska Keller et Bas Eickhout pour les Verts.

As political parties and candidates seeking office, we will not aid and abet those who seek to undermine democracy.

In particular, by signing this pledge we are:

  • Committing not to fabricate, use or spread data or materials that were falsified, fabricated, doxed or stolen for disinformation or propaganda purposes;
  • Avoiding dissemination, doctored audios/videos or images that impersonate other candidates, including deep fake videos;
  • Making transparent the use of bot networks to disseminate messages; avoid using these networks to attack opponents or using third-parties or proxies to undertake such actions;
  • Taking active steps to maintain cyber security and to train campaign staff in media literacy and risk awareness to recognise and prevent attacks;
  • Committing to transparency about the sources of campaign finances.

Les enjeux du scrutin

Dans un rapport de juin 2018, Countdown to the 2019 European elections – the outlook so far, Niam Griffin et Cillian Totterdell estiment que le PPE gardera probablement sa prééminence mais qu’il va y avoir une lutte entre l’ALDE et le S&D (socialistes) pour la seconde place. Pour l’ALDE le résultat dépendra largement de la stratégie suivie par le Président Macron. Quant au S&D, les perspectives ne sont pas favorables, d’une part il va perdre les représentants du Labour, d’autre part les scores des socialistes aux élections en Allemagne, en Italie et en France ne leur sont pas favorables.

On peut même concevoir une coalition de tous les eurosceptiques qui comporterait un nombre de sièges dépassant celui des partis traditionnellement europhiles. C’est donc à un risque de fragmentation que peut se heurter le parlement élu en 2019.

Un article de Cyrille Bret dans Telos qui se demande si les élections européennes peuvent constituer un sondage pour ou contre Macron… sans doute excessif mais des analyses très utiles.

Une conclusion intéressante est que le débat sur le Brexit a montré à quel point nos vies quotidiennes étaient affectées par l’insertion dans l’UE. La Commission a donc entrepris cette vaste opération de consultation pour mieux distinguer les attentes des citoyens européens.  Les deux auteurs estiment en conséquence que les élections de 2019 auront un caractère moins national que de coutume et que la confrontation aura lieu sur des sujets européens.

Consultez le site de Toute l’Europe, la source la plus fiable pour suivre la constitution des listes en France.

Nous suggérons à nos visiteurs de s’adresser à ce site qui donne une situation à jour.

Le mercredi 23 janvier une liste gilets jaunes a été annoncée, présidée par Ingrid Levasseur. D’après certains sondages, la présence d’une liste gilets jaunes modifie principalement les scores du RN, de DLF (Dupont-Aignan) et LFI. Voir le sondage ELABE du 23 janvier qui donne chiffres et commentaires.

Coalitions ou unions de partis

scrutin-up

Spread the love